MeasureCamp : un événement par et pour les professionnel-les du digital

Valérian, expert en Web Analyse et Tag Management System de notre agence digitale, a participé à Measure Camp : “un événement sous forme de non-conférence ouvert à tous les professionnels du digital analytics”.

Effectivement, contrairement à des conférences traditionnelles, les interventions sont proposées le jour de l’événement et directement délivrées par les participants, en sessions de 30 mn maximum.

“L’événement commence à 9h par un petit déjeuner. Il n’y a pas de thème, et on peut facilement discuter avec ses pairs. À 10h, nous sommes conviés à une conférence d’accueil où on nous présente les sponsors et le principe de la swear jar, un pot dans lequel on met de l’argent dès qu’on dit certains mots, qui changent tous les ans. Ils sont en rapport avec des thématiques récurrentes (RGPD, ITP, applications, etc.) : le but, c’est qu’un maximum de personnes les prononcent, car l’argent récolté est ensuite distribué à une association”.

Téléchargez notre guide pour améliorer votre stratégie web d'entreprise

Le RGPD : un an après, beaucoup de confusion

Valérian a d’abord assisté à une table ronde organisée par SmartProfile sur le thème du RGPD et du consentement utilisateur. Le RGPD est différent de la e-privacy, le premier réglementant le traitement des données, l’autre la gestion, la pose de cookies et le consentement, entre autres. La e-privacy devrait entrer en vigueur cette année 2019, et remplacer l’ancienne version mise en place en 2002.

Valerian, expert de notre agence digitale

“Parmi les interlocuteurs (agences, annonceurs et smartprofile), on se rend compte que chacun a une interprétation différente du RGPD. Le climat général semble plutôt confus, et on essaye tous ensemble d’établir une vérité complexe à définir aujourd’hui. Globalement, beaucoup attendent l’arrivée du e-privacy”, précise notre expert.

Au cœur des échanges, de nombreuses questions : peut-on lancer Google Analytics sans consentement si aucune donnée personnelle n’est envoyée ? De quelle façon crypter une IP ? Et les autres données ? Pourquoi certains outils sont exemptés de consentement par la CNIL, et non Google Analytics ? Quel est le rôle d’une agence si un client ne respecte pas le RGPD ? Faut-il avoir un rôle de conseil ? Prend-on des risques en disant ce qu’il faut faire, et ne vaut-il pas mieux dire ce qu’il ne faut pas faire ?

Autant de questions qui, encore aujourd’hui, restent obscures pour beaucoup d’annonceurs et d’agences et qui, on l’espère, trouveront une réponse rapidement.

La data visualisation : ne pas représenter les données de n’importe quelle façon

Notre expert a ensuite assisté à une conférence sur la data visualisation présentée par Camille Chaudet, consultante en digital marketing : “elle nous a partagé des ressources pour choisir le meilleur graphique en fonction du contexte afin de représenter la donnée de la meilleure façon”, explique Valérian.

Sous forme d’échange, la seconde partie a été l’occasion de tirer des enseignements de remarques faites par des professionnels de différents pays. “Ce qui ressort de toutes ces problématiques, c’est que les graphiques simples sont les mieux compris. Proposer des animations ou trop de couleurs perd l’utilisateur : il faut bien faire attention à privilégier l’enseignement, et non l’attirance”, commente Valérian.

Il nous précise également que le message associé à la donnée est très important et ne doit pas être négligé, et que les couleurs jouent un rôle fort. Ainsi, une flèche montante en rouge peut alerter le client, alors que les résultats associés sont bons.

“On fait tout de même face à plusieurs questions : faut-il choisir de ne mettre en valeur qu’un seul graphique clair qui répond uniquement à l’objectif du client, en prenant le risque de ne pas l’intégrer à un ensemble ? Ou vaut-il mieux réaliser une analyse globale plus longue, et donc risquer de noyer le client dans les données sans se centrer sur l’objectif principal ?”, précise Valérian.

Des indicateurs de campagnes obsolètes

Notre expert a ensuite assisté à une conférence à propos de l’obsolescence des indicateurs utilisés aujourd’hui dans les campagnes publicitaires : “beaucoup de campagnes sont en effet pilotées à l’aide d’indicateurs de type pages vues, sessions et impressions. Ce sont pourtant des indicateurs provenant de la presse et vieux pour la plupart de 30 ans”, précise-t-il.

Locaux Mediaveille-1

“Plutôt que de se baser sur des pages vues, l’intervenant nous a expliqué que l’on pourrait se baser sur la vue réelle d’un encart publicitaire en bas de page, ou sur la possibilité de suivre un message ou un thème particulier. Ceci permettrait surtout d’affiner les critères, qui sont aujourd’hui utilisés pour des campagnes et objectifs différents”.

Valérian nous précise aussi que cette conférence a été l’occasion de parler de performance : “intégrer de la publicité implique toujours la pose d’un pixel, d’un tracker qui est en réalité un container de tags. On peut alors assister à du piggy backing, c’est-à-dire à un déclenchement de tags en cascade sur le site, appelant chacun leurs propres tags et prenant de la donnée sur le site, ce qui n’est pas du tout l’objectif initial “.

Cette conférence a évidemment soulevé de nombreuses questions, et beaucoup en ont conclu que les agences ne pouvaient pas changer seules les indicateurs de performance de campagnes utilisés.

Nombreux sont ceux qui estiment que ce sont aux grands annonceurs de peser pour changer cela. Plus ils deviendront matures dans le domaine du digital, plus ils demanderont des indicateurs complexes pour de meilleures performances. Il faudra donc adapter les outils pour leur apporter des réponses.

Notre expert a également assisté à des conférences plus techniques sur les difficultés du métier d’expert en Tag Management System et sur les Single Page Applications.

Pour terminer en beauté cette journée de conférences et de débats, les participants se sont tous retrouvés pour la soirée : “c’était encore une fois l’occasion d’échanger sur les sujets vus dans la journée, de discuter des problématiques, distribuer ses cartes, en recevoir, échanger des numéros et CVs, construire un réseau, etc. C’est un moment important de l’événement, peut-être même celui où l’on apprend le plus !” conclut Valérian, le sourire aux lèvres.

Besoin d'aide ? Les spécialistes de notre agence digitale vous aident à choisir votre outil de web analyse et de Tag Management System et le déploient pour mesurer les performances de vos campagnes marketing.

Et pour optimiser la stratégie digitale de votre entreprise, pensez à télécharger notre livre blanc ! 

Nouveau call-to-action
Louise

Écrit par Louise

Aventurière du digital et grande patronne de la trinité chat-plaid-thé, je vous partage les nouveautés et bonnes pratiques en stratégie digitale, webmarketing et SEO.

Catégories

Filtrer par catégories

à lire également