Interview de Gildas L, Directeur de Clientèle Digital chez Mediaveille

Nouveau mois, nouvelle interview ! On ne déroge plus au tempo de l’interview mensuelle. Cette fois, il s’agit d’ouvrir les portes du Pôle Conseil au plus près des clients de l’agence avec Gildas. Il rencontre les clients pour récolter leurs besoins, leur proposer une stratégie adaptée, réalisée par la suite par l’équipe d’experts. Arrêtons-nous quelques instants pour en savoir plus sur cette fonction pivot au cœur de l’agence. Gildas, c’est à toi de jouer!

gildas netb

 

1/ Pourrais-tu te présenter ? ton cursus, tes expériences ? tes passions ?

Au sortir d’un BTS Force de vente à Rennes, j’ai enchaîné sur une licence en Marketing, avant de rentrer dans la vie professionnelle. J’ai toujours été attiré par la communication et j’ai eu la chance d’intégrer Precom, régie publicitaire à la fin de mes études, en 2004….ce qui me fait me rendre compte que je fête là mes 10 ans d’activité professionnelle, ça tourne !! ça a été très formateur pour moi puisque j’ai commencé par du Print pendant près de 4 ans, où j’ai pu commercialiser les journaux, des magazines, de l’Affichage. Puis, 2 ans après l’ouverture de l’agence Precom Multimedia, créée par un certain… Olivier Meril, j’étais chargé de commercialiser des espaces publicitaires pour les sites internet du Groupe. J’y suis rentré en 2008 et j’ai alors développé un portefeuille clients sur les 3 départements bretons, 22, 29 et 56, au poste de chef de produit, avec en charge l’animation des commerciaux sur la partie internet. Expérience super enrichissante d’un nouveau média très porteur

Ensuite, début 2010, à l’écoute du marché réseau, j’ai eu une opportunité unique d’allier la communication à une de mes passions de toujours qui est le football. J’ai intégré le Stade Rennais avec en charge la commercialisation des espaces publicitaires, VIP et les séminaires auprès des entreprises du bassin Rennes ouest et les 3 autres départements bretons. Je reprenais un portefeuille important (1.5 millions d’euros) avec l’objectif de le développer. C’est un secteur très sympa à découvrir mais après 3 belles années, j’estimais en avoir fait le tour, puisque les offres n’évoluant pas beaucoup et l’aspect commercial très soumis aux résultats sportifs, souvent décevants pour le commercial que j’étais et le supporter que je reste… j’ai ainsi choisi d’intégrer Mediaveille début 2013

2/ Qu’est-ce qui t’a motivé à intégrer une agence comme Mediaveille ?

Sans vouloir trop en faire mais pour être complétement honnête…je dois avouer que le fait de retravailler avec Olivier Méril était déjà un plaisir, mais aussi le gage d’arriver dans un bateau qui va toujours de l’avant, connaissant sa façon de fonctionner et son tempérament…j’ai foncé dès que j’ai vu qu’il y avait l’opportunité et que la volonté de re-travailler ensemble était réciproque…

3/ Pourquoi as-tu choisi cette spécialisation ?

L’expérience m’avait déjà plu précédemment, puisqu’à la différence des autres médias, ici, tout est mesurable et l’on peut prouver facilement les résultats, en plus du fait que c’est LE média d’avenir !! et ce que j’adore chez Mediaveille est le fait que l’on apporte une solution sur-mesure à nos clients, dans le sens où on n’a pas un book produit pré-défini, limité à des marques que l’on propose, puisqu’on est totalement libre dans les solutions que l’on préconise à nos clients, avec le seul critère qui nous anime qui est de trouver LA solution la plus ROIste pour nos clients. Comme je le disais, sur internet tout est mesurable et dans les solutions que l’on propose, que ce soit en référencement naturel, campagne d’achat de mots-clé, conseils sur des plans média, ergonomie… on va pouvoir prouver à la fin par A+B que ce qui a été mis en place a été bénéfique pour le développement de notre client, ce qui rend le métier très « jouissif ».

4/ Quelles sont les missions qui te sont confiées ? une journée-type ?

Je suis arrivé chez Mediaveille avec une mission de développement pur puisque c’est une création de portefeuille. J’avais pour commencer un « terrain de jeu » très vaste puisque, que ce soit en secteur géographique ou d’activité, je n’avais pas de limites. J’ai donc développé ce portefeuille en alternant prospection, réponses à appels entrants, demandes d’informations sur le site et réponses à appel d’offres publics. Il n’y a donc pas de journée type, ce qui me va très bien.

5/ Quelles évolutions connaissent ou ont connu tes missions?

2 nouveaux directeurs de clientèles nous ont rejoints à la fin de cet été pour étoffer le service « Conseil », ce qui permet d’oxygéner Yohann, maintenant Directeur Opérationnel et Olivier, et du coup structurer plus le développement commercial, par zone géographique …j’ai donc aujourd’hui le développement commercial la zone Pays de Loire et globalement toute la côte Atlantique, en plus des clients hors zone déjà présents dans mon portefeuille…

6/ Quels conseils donnerais-tu à quelqu’un qui aimerait suivre ta voie ? (les qualités attendues, les facteurs clés de succès…)

Les conseils, c’est un grand mot mais en tout cas, la première chose est évidemment d’avoir une maîtrise technique importante afin de pouvoir diagnostiquer au mieux une situation donnée et d’apporter la réponse la plus appropriée…

Ensuite, je crois qu’une des qualités qu’il faut vraiment avoir est l’empathie, parce qu’on a affaire selon les secteurs d’activités, et d’une entreprise à l’autre à des profils d’interlocuteurs très différents, avec des cultures internet qui vont des fois être proche de 0 à certains très experts. Il faut donc adapter son discours afin de rester accessible et vulgariser nos actions pour certains, ou dans d’autres cas avoir un langage très expert pour garder toute crédibilité…

Ce qu’apprécient nos clients je pense, c’est la culture du résultat qui transpire dans notre discours où l’on va à l’essentiel, en évacuant un peu ce discours « agence de com’ », qui peut faire peur à certains, pour privilégier des termes et des actions pragmatiques que veulent entendre nos interlocuteurs plus proches de leurs préoccupations quotidiennes comme ROI, réduction du coût contact…

Il faut aussi être très curieux afin de se tenir au courant de la moindre innovation qui permettra à nos clients de bénéficier en permanence des meilleurs conseils. En moins de 2 ans que je suis là, il y a déjà un tas de services qui se sont créés qui sont aujourd’hui devenus indispensables dans certains secteurs d’activité, qui étaient encore à l’état d’embryon à mon arrivée.

Merci Gildas pour tes réponses, j’espère que cet article a assouvi votre curiosité légendaire… RDV le mois prochain, des envies pour un nouvel article? Je reste à votre écoute. Gwen

Ces articles pourraient également vous intéresser