Que du Web : un 2e jour entre techniques SEO et gestion de projet

Le 2e jour de Que du Web était aussi enrichissant que le 1er.

Nos experts en référencement naturel ont assisté à de nombreuses conférences et nous livrent leur retour d'expérience. Aujourd'hui, c'est Quentin qui prend la parole.

Vous avez manqué notre compte-rendu du 1er jour de Que du Web ? Découvrez notre récap ici : A Deauville, au salon Que Du Web, il y a le ref', le soleil et les SERP !

Que_Du_Web_SEO.jpg

Archi / protos / tech : comment synthétiser ?

Nous avons démarré cette nouvelle journée à Que du Web avec la conférence animée par M.C Casal, très orientée UX et passionnante.

Comment bien gérer un projet de création ou refonte de site web ? Voici ces conseils :

  • Définir les personas. Cela va donner les objectifs clés des internautes qui viendront sur le site.
  • Créer le plan du site (arborescence). C'est la colonne vertébrale de votre site.
  • Travailler le workflow du back office, c'est-à-dire demander à un développeur comment doit et va fonctionner le back-office.
  • Définir les fonctionnalités. Chacune d'entre elles est liée à un utilisateur/persona.
  • Penser à organiser les contenus.
  • Travailler les Wireframes pour construire les pages au fur et à mesure.

Le client veut du design. Il est en effet plus difficile de lui vendre de la recherche, des tests utilisateurs. Cependant, ce sont des éléments très importants. Le design doit donc arriver à la fin. Toutes les autres étapes doivent être réglées avant.

L'astuce Que du Web : N'oubliez pas de définir les wireflow (liens entre les pages hors menu de navigation et footer)

Le 5ème pilier du SEO : la gestion de projet

Aurélien Bardon est un référenceur connu depuis de nombreuses années dans le monde du SEO. Il nous explique que le 5ème pilier du SEO après le contenu, la technique, la popularité et l’UX, c’est la gestion de projet.

C'était une conférence très intéressante pour les personnes travaillant en agence. Pour lui, le meilleur référenceur, c'est celui qui arrive à faire déployer ses conseils et recommandations. Pour cela, il faut soigner la relation avec les prestataires et les annonceurs. Il faut également définir les bons objectifs en amont d’un projet pour éviter les mauvaises surprises.

Dernier point, mais non des moindres, il est important d’humaniser la communication avec le client et les prestataires. Le client doit comprendre qu’il n’achète pas des résultats. C'est tout simplement impossible avec le référencement naturel d’anticiper cela.

Astuce Que du Web : Il faut donner des préconisations les plus précises possibles  pour éviter de trop nombreux échanges avec le client, réduire les retours, limiter  les erreurs et donc, avoir plus de temps pour travailler d’autres recommandations.

Les conseils pour des emails efficaces à Que du Web

Neurosciences : comment peuvent-elles participer à votre stratégie webmarketing

Cette conférence d'Amélie Lachat nous montre comment l’étude du cerveau et du système nerveux (les neurosciences) peuvent être intéressantes pour le webmarketing. C'est ce qu'on appelle le neuro-marketing : l'application des neurosciences cognitives au marketing et à la communication.

En 2020, il y aura en moyenne 7 écrans par foyer. L’environnement visuel est codé par des dimensions distinctes. La saillance des éléments permet de porter l’attention plus rapidement.

Pour capturer l’attention, il faut se concentrer sur la qualité plus que la quantité. Car à présent, c'est la différence qui optimise l’attention. Par exemple, utiliser du jargon technique montre que l’on est expert dans un sujet. Cela favorise l’avis des clients et la conversion en ligne.

Parallèlement à cela, il faut éviter d’augmenter l’incertitude, qui provoque une baisse des conversions. Un exemple tout simple pour illustrer ce propos : une banane doit être de la couleur d’une banane (et non en noir et blanc). Favorisez toujours les couleurs naturelles d’origine.
Choisissez avec attention ce que vous mettez en avant sur votre site : la première impression est très importante sur le web !

Comment utiliser l’analyse sémantique pour piloter l’indexabilité et l’architecture de son site Web

Tanguy Moal et François Goude travaillent chez OnCrawl (solution d’analyse de crawl et de logs) et nous montrent dans cette conférence l’intérêt de ce type d’outils pour optimiser au mieux le maillage interne d'un site.

Une fois que Google a collecté toutes les pages d’un site Web, il attribue un score à chaque page. En réalité, il y en a plusieurs : le Qualité score, le PageRank et la note de confiance. Il associe également des attributs à chaque page : les meta données, les ngram, la construction correcte ou non du code source.

Il faut donc orienter les moteurs dans la bonne direction, c'est-à-dire vers les pages prioritaires.

Google possède un budget de crawl pour chaque site crawlé : il s'agit d'un crédit que Google alloue à ses robots pour gérer ses ressources au maximum.

Tous les sites doivent donc s’intéresser à leur budget de crawl, pour s'assurer de son ranking et de son positionnement. En effet, un moteur peut perdre du temps et le « gaspiller » à crawler des pages inutiles ou qui ne se positionneront jamais.

Astuce Que du Web : crawler des pages en JavaScript prend beaucoup de temps à un moteur. Pour une URL crawlée en JavaScript correspond à 10 pages crawlées en HTML.

Il faut prendre en compte la notion de « page importance » :

La notion de page Importance par Google

Google va effectuer 3 types de crawl sur un site :

  • La home page
  • Des groupes de pages qui parlent toutes de la même chose ou presque (l'univers sémantique)
  • Toutes les ressources pour les comprendre (CSS, JavaScript, Ajax…)

Plus une page a du contenu, plus elle sera crawlée et parcourue en profondeur par Google. Les pages qui ont peu de mots et de texte seront peu voire pas crawlées par Google. Ce dernier sait qu’il doit aller visiter plus souvent des sites de type informationnels, comme des sites d’actualités par exemple car il y a de nouveaux contenus très régulièrement ajoutés.

Il est important de lier entre elles les pages qui parlent de la même thématique (cocon sémantique ou technique de siloing). On parle également d’entités (expressions-clés d’un univers sémantique). Il vaut vérifier que les entités sont bien présentes dans les pages. Par exemple, si une page traite du sujet d’Apple, on doit retrouver dans la page des mots clés comme « IOS » ou « Iphone ».

Enfin, on apprend que Google n’aime pas crawler les pages trop profondes d’un site. Les pages prioritaires et importantes doivent donc être accessibles facilement et rapidement depuis la home page.

WP Rocket : du plugin Wordpress à la startup en forte croissance

Cette conférence nous a fait découvrir l'expérience d’un des créateurs du plugin de Wordpress WP Rocket, Jean-Baptiste Marchand-Arvier. Ce plugin permet d’optimiser les temps de chargement des pages et donc de rendre votre site Wordpress plus rapide en travaillant notamment la gestion du cache et la compression des fichiers statiques.

Il nous explique comment ils ont fait pour passer de 3 amis dans un local avec une idée de plugin à une société de 17 employés aujourd’hui avec des clients dans le monde entier. Jean-Baptiste nous raconte notamment leur voyage aux Etats-Unis en Californie pour améliorer leur anglais et apprendre à grandir et se développer en côtoyant d’autres start-ups du Web.

On y apprend que tout n’a pas été rose tous les jours pour eux mais que à force d’y croire et de persévérer, ils ont réussi à développer ce projet ambitieux.
WP Media groupe qui a créé le plugin WP Rocket a créé également deux autres projets plus récemment : Imagify (outil de compression des images pour réduire leur poids) et Secupress (outil pour la sécurité des sites Wordpress).

L’échec, nouvelle valeur de l’entrepreneur

Thierry Samper a présenté une conférence orientée sur le monde de l’entrepreneuriat et la différence de vision entre la France et les pays anglo saxons.

Au salon Que du Web, une conférence sur l'échec s'est déroulée

C'est un mal français, on a du mal à parler de l’échec dans notre pays. L’échec est pourtant une construction de l’environnement social. 92% des startups échouent ! Dans le numérique, la chute est plus rapide.

Aux USA, on organise des conférences de l’échec. Là-bas, c'est un événement vécu comme une manière de rebondir.

Dans le numérique, un entrepreneur va tellement vite qu’il fait tout en courant. Il faut donc savoir gérer l’échec et ne pas en vouloir à la terre entière si le succès n'est pas au rendez-vous.

  • Il faut avoir de l’empathie
  • Ne pas se cacher
  • Construire l’apprentissage
  • Penser innovation
  • Courir vers son intuition
  • Le chemin est plus important que la réalisation
  • Il faut se bouger
  • Y croire, y croire et encore y croire

Le succès se construira avec l’échec et quand vous assumerez ce chemin, il y aura toujours quelqu’un qui vous ramènera à la réalité de votre passé pendant quelques temps encore (et notamment au niveau bancaire avec le scoring bancaire).

Il faut être fort pour pouvoire faire face à tout cela mais le plus important étant de croire en soi et de tenter des choses !

Quentin F

Écrit par Quentin F

Il n'y a pas de recette miracle en référencement. C'est ce qui en fait une science à part entière ! En mélangeant la sémantique, la technique, le netlinking et la compréhension des algorithmes, on obtient une curieuse mixture qui en fait un métier passionnant pour moi.

Catégories

Filtrer par catégories

à lire également