Les clés du succès de Deezer

Nous partageons avec vous le dernier compte-rendu du West Web Festival 2015, en attendant avec impatience la prochaine édition ! Nathalie nous synthétise l’intervention de Simon Baldeyrou, DG de Deezer France :

Alors qu’Apple vient de lancer une offre d’écoute de musique en streaming dans une centaine de pays et ambitionne de conquérir 100 millions d’abonnés, Simon Baldeyrou, DG de Deezer France (@simonbaldeyrou) est revenu sur les différents modèles économiques et modes de consommation de musique, et, sur ce qui est pour lui la clé du succès.

Créée en 2007 en Europe sur le modèle de l’offre d’écoute gratuite, l’entreprise a rapidement évolué vers un modèle payant. Il y 3 façons d’écouter la musique : l’achat de CD, le téléchargement et le streaming. Aujourd’hui, la vente de CD représente encore 60% du CA global de l’industrie musicale en France, alors qu’aux États-Unis en 2014 les revenus de la musique écoutée sur internet ont dépassé pour la première fois ceux de la vente de CD. Le streaming est le seul segment sur le marché de l’industrie musicale qui est en croissance en 2014.

Inévitablement, le marché du streaming va grossir car la valeur ajoutée est plus forte : le streaming « combine le meilleur de la radio et de la musique à la demande ».

 

IMG_1891_2
Simon Baldeyrou parle de l’évolution de Deezer

Les spécificités du business model du streaming

– la valeur de la musique réside dans son accès : ce qui est acheté est le service plus que le contenu
– il est nécessaire d’avoir l’exhaustivité des catalogues. C’est selon Simon Baldeyrou ce qui va faire la différence avec Apple. Deezer est présent dans tous les pays du monde et a récupéré un nombre important de catalogues locaux. Or, dans tous les pays du monde, les œuvres locales représentent la moitié des écoutes.
– il est nécessaire d’avoir une bonne clé de répartition des revenus.
– le modèle économique doit s’adapter aux pays et aux marchés : faut-il partir d’un modèle gratuit pour faire tester et ensuite évoluer vers un modèle payant, ou directement partir sur un modèle payant comme l’a fait Apple ?
– il faut segmenter les offres (durée limitée, par terminal, …) et proposer d’autres types de contenus (les podcasts ont fait leur apparition sur Deezer)
– la monétisation de la data : la donnée et la connaissance des goûts musicaux des clients est « offerte » aujourd’hui aux maisons de disques. Demain, avec la création de relations récurrentes, cette donnée pourra être monétisée, par exemple pour la vente de billets de concerts.

 

Ce que ce nouveau mode d’écoute a changé

– le mode de consommation traditionnel de la musique est bouleversé : par la mobilité et par le principe de consommation à la demande, le streaming crée plus d’écoute.
– Les artistes sont payés à chaque écoute, alors qu’auparavant ils étaient rémunérés uniquement à la vente de CD, dont ils perçoivent 90% des revenus dans les 3 premiers mois.
– Avec un prix à l’écoute, le modèle freemium n’a qu’un objectif unique : faire passer le consommateur du gratuit au payant.

 

Merci Nathalie pour ce compte-rendu. Nous espérons que ces retours d’expérience suite au West Web Festival vous ont plu !

N’hésitez pas à partager les articles et à nous laisser des commentaires.

Écrit par Brunehilde

Allier digital et bonne humeur fait partie de mon quotidien. Toujours en veille des meilleures pratiques digitales, c’est avec plaisir que je partage avec vous les événements, les initiatives et les innovations de ce domaine.

Ces articles pourraient également vous intéresser