(1/2) La révolution numérique : une opportunité pour l’economie française ? West Web Festival – Jour 1 matinée

Comme prévu, Jérémy, manager projet SEO au sein de l’agence Mediaveille est la plume de quelques chanceux au sein de la team (Vianney, Pierre et Florence) qui ont pu assister aux conférences du 1ère jour de cette 2ème édition de West Web Festival. (Pour rappel: à lire sur le blog c’est quoi le west Web Festival ?)

La révolution numérique ne connaît plus aucune frontière

Philippe Dewost, Caisse des Depots
Philippe Dewost, Caisse des Depots

Le West Web Festival s’est ouvert sur une conférence de Philippe Dewost, de la Caisse des dépôts qui a rapidement mis les participants dans le thème de la journée : « No border for digital revolution ».  Preuve à l’appui, le conférencier a abondé dans le sens d’une société qui évolue aujourd’hui extrêmement vite avec des mutations technologiques devenues intergénérationnelles.

Quand il a fallu 400 ans au livre pour toucher 500 millions d’utilisateurs, Internet n’y a mis que 5 années. Et depuis l’explosion de la bulle internet, la génération de DATA est devenue exponentielle. Philippe Dewost a donc rappelé que depuis 2007, l’Humanité crée plus de données qu’elle ne peut en stocker et qu’aujourd’hui, 2 341 311 Gbits de données sont générés toutes les 100 secondes.

Philippe Dewost part alors du constat que ce qui est jugé impossible aujourd’hui peut devenir possible demain. Et selon lui, face à un monde du digital devenu imprévisible, l’autonomie digitale est devenue une question de souveraineté avec des enjeux financier, politique et militaire à la clé. Cette ouverture de Philippe Dewost a donc parfaitement lancé la première journée du West Web Festival, dont le thème a été : la révolution numérique ne connait pas de frontières.

 

Criteo, une réussite internationale pour une start-up française

 

Marie Ekeland, Criteo
Marie Ekeland, Criteo

Pas de panique, la France, par ses compétences, est largement capable de relever ce défi de la révolution numérique. La preuve avec la seconde conférence du jour dont le relais a été transmis à Marie Ekeland, animatrice du développement mondial de la société française Criteo. Et Marie Ekeland a ouvert son intervention par une déclaration sans ambages : « la concurrence est forcément internationale, il faut avoir cette idée en tête dès le démarrage d’un projet ».

 

En effet, Criteo est le précurseur du retargeting et son service est capable d’apporter 10 fois plus de clients que les autres supports de publicité. Cette réussite française ne s’est pas faîte sans remise en question puisqu’avant de trouver son modèle économique, la start-up a dû muter 4 fois. Et, au moment de se lancer dans le bain de l’international, Criteo a vu grand en s’exportant dans 12 pays d’un coup. Cela s’est avéré être une réussite car Criteo a été introduite avec succès en bourse depuis 2013.

 

Marie Ekeland a déclaré que séquencer les pays est plus risqué que d’en lancer plusieurs en même temps. Pour étayer cela, elle s’est appuyée sur l’expérience de Criteo et de sa difficulté à percer le marché US : « un marché compliqué qui présente des spécificités dont il faut bien prendre la mesure avant d’envisager le conquérir ». C’est quelque chose qui sera confirmé plus tard dans la journée par Xavier Court et Ilan Benhaim, créateurs du site vente-privee.com. Il est d’ailleurs important de rappeler qu’un fort contingent français de 70 000 expatriés travaille dans la Silicon Valley.

 

Avec Prêt d’Union, la banque se met aussi à l’heure du numérique !

 

Pour entreprendre et développer des projets, le financement est une des clés de la réussite. Les organisateurs du West Web Festival, et notamment Ronan Le Moal (directeur général du Crédit Mutuel Arkea), l’ont bien compris en invitant Geoffroy Guigou, de Prêt d’Union, une banque de crédit entre particuliers.

 

Pour Geoffroy Guigou, les 3 pressions que subit le secteur bancaire sont la réglementation, l’attente des clients et le retard digital. Avec Prêt d’Union, Geoffroy Guigou a essayé de répondre à ses problématiques en misant sur l’expérience utilisateur, la transparence et l’automatisation. Aussi, pour permettre la levée de fonds nécessaire à la création du projet Prêt d’Union, il a fallu des autorisations parlementaires et l’accord de la BCE (Banque Centrale Européenne).

 

Ayant levé d’entrée 31 millions d’euros de fonds, à 100% français, pour sa création, le projet Prêt d’Union a connu un véritable succès en multipliant sa taille par 10 en seulement 4 ans. Et dans les 5 ans à venir, Prêt d’Union souhaite lever 1 milliards d’euros.  « Notre exemple est la Lending Club, introduite en bourse en décembre dernier. Car, si les banques veulent rester compétitives, elles devront totalement se transformer » a déclaré Geoffroy Guigou.

 

Gonzague TV : internet est un milieu de liberté et de création !

 

Gonzague TV
Gonzague TV

La matinée s’est poursuivie par une interview du Youtubeur Gonzague par Marion Moreau du magazine digital FrenchWeb. Ancien de la télévision, Gonzague est allé sur le Web pour la liberté que ce support offre. « Internet offre beaucoup plus de liberté et c’est un véritable lieu de création » a avoué le jeune homme qui compte quelques 800 000 abonnés et un total de 148 800 000 vues, depuis 2007, de ses vidéos Youtube.

 

Pour se rémunérer sur le site d’hébergement de vidéo, Gonzague a confié avoir 3 sources de revenus dont un partenariat avec Youtube, qui lui verse 1 000€ pour chaque million de vues, ou des opérations avec les marques. « Les Youtubeurs font office de prescripteurs auprès des abonnées car les marques apprécient de faire des opérations marketings avec les Youtubeurs qui ont une grosse communauté » a reconnu Gonzague.

 

Le jeune homme a également remarqué que la nouvelle génération consommait les médias différemment en utilisant abondamment le replay. « Aujourd’hui, un jeune choisit sa vidéo au lieu de choisir un programme. C’est un acte beaucoup plus fort. » Pour appuyer ce propos, Gonzague a d’ailleurs annoncé qu’en 2018, les États-Unis verront l’investissement dans le digital devenir supérieur à celui de la télévision.

 

La French Tech à l’honneur au West Web Festival

 

Avant le repas du midi, l’organisation du West Web festival a souhaité mettre à l’honneur la French Tech, largement représentée sur ce West Web Festival, en les faisant monter sur l’estrade de l’Espace Glenmor de Carhaix. L’occasion pour la petite troupe d’entonner une chanson sur un air de l’orchestre de la journée, le groupe Brestois Matmatah.

 

Merci Jérémy (@Jparard) pour ce nouvel épisode et RDV dans quelques jours pour la suite du debrief du West Web Festival Edition 2015

 

Ces articles pourraient également vous intéresser