West Web Festival 2016 : Conférence de Leila Laouadi Turner, CEO de FABERNOVEL INNOVATE

Voici notre 1er retour sur les nombreuses conférences du West Web Festival qui ont eu lieu du 14 au 15 juillet. Aujourd’hui Lisa et Audrey nous présentent un focus sur la conférence « Une startup dans ma boîte. Les nouveaux schémas de l’innovation » présenté par Leila Turner, CEO de Fabernovel. La chance pour ceux qui n’ont pas pu assister à cette intervention d’en découvrir un peu plus sur le thème « La relation entre startups et entreprises traditionnelles » !

logo-fabernovelFabernovel est un groupe de 6 business units, dont Fabernovel Innovate, l’unité dédiée au business et à l’innovation pour les entreprises.

La mission de Fabernovel Innovate ? Accompagner les grands groupes dans la conception et la mise en place de stratégies d’innovation, notamment via la collaboration avec des startups. 

Les experts Fabernovel proposent des conseils en stratégie du design et prototypage (analyses, designers, ingénieurs…)… dans de nombreux secteurs.

Les programmes d’intrapreneuriat : pour faire naître les startups de demain

Pendant longtemps, les entreprises disposaient d’un modèle dédié à l’innovation : un pôle R&D séparé, ou des missions d’outsourcing.

Aujourd’hui, l’innovation dans l’entreprise a évolué.

leila-turner-fabernovel
Leila Turner présente les nouveaux schémas de l’open innovation en entreprise.

Les sociétés, comme par exemple Google, 3M, Intel, veulent mettre l’entrepreunariat au cœur de l’entreprise, par exemple :

____– en incubant des startups.

____– en encourageant les salariés de l’entreprise à créer leur startup, au sein-même de l’entreprise. 

Dans le second cas, on parle alors d’intrapreneurs : le salarié ou groupe de salariés intrapreneurs se comportent comme une entreprise indépendante alors qu’ils sont toujours internalisés.

L’intrapreneuriat est une véritable innovation managériale : si un employé veut s’investir dans un projet différent de son travail quotidien, on lui alloue un budget et on l’encourage dans ce projet. Si cela fonctionne, on le « sort » de la structure et il créé sa startup.

Or, le fonctionnement des startups attire. Il évoque une liberté pour les salariés, qui ne se reconnaissent pas dans des process strictes et des tâches fixes mis en place par les grandes entreprises, et veulent pouvoir se réaliser.

En France, 25% des jeunes diplômés à la sortie de HEC sont embauchés dans une startup contre 10% il y a 10 ans.

Des startups nées de programmes d’intrapreneuriat

logos-digitick-bap

Digitick

Digitick est née en 2004, grâce à la collaboration entre Bouygues Telecom et Fabernovel.

Leur projet ? Créer une billetterie totalement dématérialisée, qui permet d’acheter rapidement et facilement sur Internet des tickets pour des spectacles, rencontres sportives, festivals, musées, parc d’attraction, …

Fabernovel accompagne le projet en développant la structure du site en interne, et « excube » le projet en 2006.

De nombreux investisseurs ont ensuite contribué à son financement, comme SFR, Innovacom, CIC…

Rachetée en 2010 par Vivendi (FR), la startup pionnière sur l’ensemble des secteurs de l’e-ticketing est devenue leader sur ce marché en Europe.

Bureau à partager

L’idée germe en 2007 dans l’esprit de Clément Alteresco (@Calte), associé à Fabernovel, lorsqu’à l’époque ils louent des locaux plus grands que nécessaire pour anticiper leur croissance et recherchent des gens pour partager leurs bureaux.

Pour mieux définir son idée de startup et son business model, Clément Alteresco part à San Francisco pour tester la version US de Bureau à Partager : Share your Office.

À son retour, l’associé créé un espace de coworking et lance une plateforme en ligne, puis demande à Fabernovel de continuer de façon autonome en devenant dirigeant de la startup. Les premiers espaces de coworking naissent alors en France.

En 2015, plus de 1000 transactions sont effectuées sur le site Bureaux à Partager, et 15 000 personnes sont inscrites sur le site.

leroymerlin-saretec

Semaine « Innover pour inventer demain » chez Leroy Merlin

Une vingtaine de groupes de collaborateurs de Leroy Merlin sont partis en voyage, en quête d’idées novatrices pour faire évoluer le groupe français.

Ils se sont ensuite retrouvés au cours de la semaine « Innover pour inventer demain » pour partager leurs idées.

Accompagné par Fabernovel, chaque groupe de pionniers avait 4 à 6 mois pour expérimenter son projet :

____– Phase de prototypage

____– Présentation des prototypes aux dirigeants et aux investisseurs

____– Test en magasin

____– Intégration au réseau national si succès

Programme Open Saretec d’accélération de startups internes

Saretec est un grand groupe spécialisé dans l’assurance et l’expertise en dommages.

Un appel à projets internes organisé par Fabernovel pour Saretec, le “Challenge OpenSaretec”, a permis de récolter plus de 70 idées de nouveaux business sur 4 thématiques.

Plus de 1000 collaborateurs de Saretec se sont prêtés à l’exercice.

3 binômes d’entrepreneurs ont été retenus pour continuer leur projet, et ont été accompagnés pendant 5 semaines par des mentors Fabernovel (Marketing digital, data scientists, …) pour mener à bien leur projet.

De belles initiatives, mais…

De nombreux programmes d’intrapreneuriat échouent ! De 70 à 90%, selon une étude d’Harvard.

Pourquoi ?

A cause du « système immunitaire » de l’entreprise. La hiérarchie et les règles de prises de décisions brisent les programmes d’intrapreneuriat. Or, l’entreprise a très régulièrement des blocages face à ce nouveau mode de management 3.0.

Comment réussir son programme intrapreneurial ?

L’enjeu est surtout culturel. Le changement doit venir de l’intérieur des entreprises.

Pour être innovant, il faut opérer un changement de perception des leaders, qui se traduira par un changement organisationnel disruptif et laissera plus de place aux idées des employés.

Les employés de Facebook ont une consigne : ils doivent chercher ce qui tuera Facebook. Le changement doit donc émerger au plus tôt de l’intérieur de l’entreprise, pour l’anticiper et le maîtriser. Rien ne doit être considéré comme acquis.

facteurs-de-reussite-intrapreneuriat
Les facteurs clés de réussite des programmes d’intrapreneuriat

Les grands groupes et les startups ont des objectifs différents. Selon Steve Blank, la startup est en quête de business model, elle est donc en phase de test and learn. La grande entreprise quant à elle a déjà défini son business model, et recherche la stabilité et la pérennité. Ces deux entités ne peuvent donc pas être soumises aux mêmes process ni aux mêmes évaluations. Tout comme un intrapreneur ne doit pas être contraint par les mêmes règles qu’un autre salarié, ni être évalué de la même manière. Il doit pouvoir faire quelque chose de nouveau, avoir une liberté de choix et de décision.

Le plus simple est alors d’excuber le projet, de laisser une autonomie et une indépendance aux groupes d’intrapreneurs, et de les préparer à prendre la tête de la startup si le succès est au rendez-vous.

Inscrits dans le grand process de l’open innovation, les programmes d’intrapreneuriat séduisent de plus en plus d’acteurs et permettent de renforcer le bien-être au travail. Et ça fonctionne : il faut de moins en moins de temps pour créer des mini-sociétés novatrices qui valent des millions.

____________________________________

Merci à Lisa et Audrey pour ce retour, et ne manquez pas la suite de notre bilan sur cet événement devenu incontournable du Web, du Business et de la Musique !

Gardez le contact et suivez sur Twitter @LisaCamier & @audreyfadel

Écrit par Brunehilde

Allier digital et bonne humeur fait partie de mon quotidien. Toujours en veille des meilleures pratiques digitales, c’est avec plaisir que je partage avec vous les événements, les initiatives et les innovations de ce domaine.

Ces articles pourraient également vous intéresser